LE FN, PARTI DE L'ORDRE ET DE LA TOLERANCE

Publié le par FN19

LE FN, PARTI DE L'ORDRE ET DE LA TOLERANCE

Au seuil de 2015, Jean-Marie Le Pen est joyeux. C'est au bord du fou rire permanent qu'il a répondu ce mercredi matin aux questions de RTL dont il était l'invité.
La première question était pourtant des plus sérieuses : le fondateur du Front national allait-il suivre, ce mercredi soir, les vœux télévisés de François Hollande ? «Probablement, c'est une obligation professionnelle, a-t-il répondu ,avant d'attaquer bille en tête : «J'ai appris hier soir (mardi.

 ndlr)  qu'il avait renoncé à l'idée de la proportionnelle aux législatives alors que c'était l'un de ses engagements électoraux. Son argumentation est scandaleuse, pour éviter que le FN et les Verts aient 150 députés. Je croyais que le président représentait tous les Français !»

Le député européen confirme qu'il sera, à 87 ans, tête de liste FN aux élections régionales de décembre 2015 pour la région PACA. «Le président tunisien en a 89, je connais des gens H.S. à 50 ans et Madame Carven, à 105 ans, a bon pied bon œil», lance-t-il à grands coups d'éclats de rire. D'autant que, dans la région Provence-Alpes-Côté d'Azur, où «j'ai fait plus de 33% aux dernières élections européennes», rappelle-t-il, «il tout à fait naturel que j'assume ma responsabilité dans le cadre d'une vie politique que je ne vois limitée que par le patron», assure-t-il, en faisant référence à Dieu, qu'il cite de nouveau un peu plus tard.

Pour cette région, «je suis the right man in the right place. Absolument, l'homme qu'il faut», insiste-t-il, après que son expression anglaise a été traduite. Quant à sa petite-fille, Marion Maréchal Le Pen, qui avait dit qu'elle serait candidate si son grand-père ne l'était pas, elle est priée de l'accompagner dans cette bataille «pour mettre monsieur Vauzelle (Ndlr : président socialiste de la région PACA) à la porte». 

Interrogé sur le ralliement de Christophe Chenu, ancien militant UMP et créateur, dans ce cadre, de l'association Gaylib, qui fait grogner une parti des frontistes, Jean-Marie Le Pen répond, toujours dans un rire : «Ce n'est pas ma tasse de thé. Mais à la vérité, au Front National, il y a de tout, des gaullistes, des homosexuels...». Quant à l'homosexualité de Florian Philippot, le vice-président du parti frontiste «outé» par le magazine Closer, «ça ne me choque pas. Ça appartient à sa liberté, ça ne doit pas interférer dans la politique ni dans les choix politiques».

Publié dans Actus nationales

Commenter cet article